CR du CS de la MRSH

J’ai eu la semaine dernière le plaisir d’assister à la première réunion du CS récemment reconstitué de la Maison de la Recherche en Sciences de l’Homme sur le campus de l’Universite de Caen; ceci a été l’occasion d’une présentation de toute la gamme des activités remarquables et originales de cette Maison innovatrice et atypique. (Les personnes qui ne connaissent pas déjà la MRSH sont vivement conseillées de consulter sa presentation en ligne ) Sur ses 6 pôles d’activités (et 27 équipes de recherche), nous n’avons travaillé que sur une moitié, et malgré cela il y avait de quoi travailler pendant trois journées très complètes. J’ai eu, en plus, le plaisir de faire la connaissance des autres membres du CS, un regroupement intéressant de 12 personnes distinguées, de plusieurs nationalités (suisse, anglais, norvégien, italien, québecois) et d’expertises très diverses (géographes, littéraires, historiques, informatiques…). S’il y avait une prépondérance de cheveux blancs autour de la table cela n’a nullement réduit l’intensité et l’interêt de nos débats avec le personel de la Maison et avec d’autres personalités ayant des responsabiltés importantes dans la région; ceci s’est fait au cours d’un programme de rencontres très complet qui avait été organisée par le directeur Pascal Buléon: dîner avec le DRAC, petit déjeûner au conseil regional en présence de son president, séance du Conseil avec la présence du député-maire de Caen, avec la Présidente de l’Université (et de son successeur élu ce même jour), avec aussi le Délégué regional du CNRS. C’était ainsi pour moi un “crash course” dans les structures administratives francaises qui continuent de me fasciner et (il faut l’avouer) de me confondre. Et on a donc dû se présenter (“Je m’appelle Lou Burnard, je suis …. “) à plusieurs reprises, avec des variations inévitables voire aléatoires.

L’objectif de la réunion n’était pas, bien sûr, de faire une évaluation formelle des activités de la maison, celle-ci ayant été tout récemment effectuée par l’AERES (qui lui a donné une note très favorable, si je ne me trompe pas). On était là pour discuter, pour contribuer avec nos petits grains de sel au rich pudding des activités et des procédures intellectuelles sousjacentes… néanmoins une évaluation informelle reste presque inévitable, puisque nos réactions ont été sollicitées par notre président afin de l’aider à faire son rapport ( il s’agit d’un géographe célèbre, Guy Di Meo de Bordeaux, élu à l’unanimité lors de notre première séance). Voici donc quelques petites remarques que j’ai tirées de cette visite:

  • La richesse et la varieté des opportunités de travailler d’une manière interdisciplinaire, voire multidisciplinaire (notre collègue québecoise nous avait expliqué la distinction mais je ne l’ai pas retenue) ont été clairement mises en évidence dans les rapports de chacun des pôles d’activités, et des directeurs d’unités concernées ;
  • Les dispositifs offerts par la Maison semblent bien conçus pour répondre aux besoins de ses utilisateurs et semblent favoriser un élargissement d’activités fructueuses; un seul obstacle est le manque d’espace car les locaux actuels sont surchargés;
  • Il y a une variété évidente parmi les niveaux d’activités ; quelques uns des acteurs me semblent de véritables “leaders” dans leurs domaines (notamment les pôles “numériques” et “rural”), pendant que d’autres me semblent ne rien manifester d’exceptionel. Une université, bien sûr, est un lieu de variété, mais il reste essentiel, à mon avis, de promouvoir une culture de partage d’expertise, et de n’avoir pas peur de terminer ou de repenser des activités qui n’arrivent pas à s’organiser effectivement, pour n’importe quelle raison ;
  • Nous avons constaté, avec un peu de surprise, que parmi les équipes présentées il semblait subsister un peu d’ignorance des activités de toutes les partners de la maison. Il serait avantageux, à mon avis, de promouvoir un “esprit de maison” un peu plus fort, car les possibilités des actions synergetiques, vues les expertises disponibles, sont loin d’être négligeables. Par exemple, les activités du Pôle “Risques” signifiantes et multi-disciplinaires qu’elles soient, pourraient quand même profiter des compétences linguistiques du centre CRILET ; la politique d’édition très complète (et mondialement reconnue) du pôle “Rural” néanmoins pourrait peut être profiter d’une réflexion avec les collègues du pôle numérique sur une éventuelle “digital turn”. Je souligne qu’il s’agit bien sûr de reflexions collégiales (dans le sens oxfordien) et non pas de restructuration des structures déjà très complexe!

En conclusion, il faut avouer que l’occasion ne manquait pas d’interludes sybaritiques pour compléter les rigueurs intellectuelles, notamment les repas, sur lesquels je n’insiste pas (quelques photos sont disponibles ). On a aussi pu faire un peu de tourisme, notamment dans la bibliothèque de la maison, qui a reçu le fond ancien du Ministère de l’agriculture, et à l’IMEC, site également magnifique du point de vue de l’architecture (il est hébergé dans une ancienne abbaye restaurée et reaménagée d’une manière très sympathique) et du point de vue de son contenu (sont déposées ici les archives personelles de quelques centaines d’ écrivains et d’artistes modernes). Noter que cet archive pourrait bien profiter des expertises techniques (par exemple) du pôle numerique pour mieux sauvegarder la partie de leur fonds n’existant que sur supports numériques; ceci témoignagerait de l’importance du réseau des compétences facilitées et mises à disposition par la MRSH.

 

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.