CR du CS de la MRSH

J’ai eu la semaine dernière le plaisir d’assister à la première réunion du CS récemment reconstitué de la Maison de la Recherche en Sciences de l’Homme sur le campus de l’Universite de Caen; ceci a été l’occasion d’une présentation de toute la gamme des activités remarquables et originales de cette Maison innovatrice et atypique. (Les personnes qui ne connaissent pas déjà la MRSH sont vivement conseillées de consulter sa presentation en ligne ) Sur ses 6 pôles d’activités (et 27 équipes de recherche), nous n’avons travaillé que sur une moitié, et malgré cela il y avait de quoi travailler pendant trois journées très complètes. J’ai eu, en plus, le plaisir de faire la connaissance des autres membres du CS, un regroupement intéressant de 12 personnes distinguées, de plusieurs nationalités (suisse, anglais, norvégien, italien, québecois) et d’expertises très diverses (géographes, littéraires, historiques, informatiques…). S’il y avait une prépondérance de cheveux blancs autour de la table cela n’a nullement réduit l’intensité et l’interêt de nos débats avec le personel de la Maison et avec d’autres personalités ayant des responsabiltés importantes dans la région; ceci s’est fait au cours d’un programme de rencontres très complet qui avait été organisée par le directeur Pascal Buléon: dîner avec le DRAC, petit déjeûner au conseil regional en présence de son president, séance du Conseil avec la présence du député-maire de Caen, avec la Présidente de l’Université (et de son successeur élu ce même jour), avec aussi le Délégué regional du CNRS. C’était ainsi pour moi un « crash course » dans les structures administratives francaises qui continuent de me fasciner et (il faut l’avouer) de me confondre. Et on a donc dû se présenter (« Je m’appelle Lou Burnard, je suis …. « ) à plusieurs reprises, avec des variations inévitables voire aléatoires.

L’objectif de la réunion n’était pas, bien sûr, de faire une évaluation formelle des activités de la maison, celle-ci ayant été tout récemment effectuée par l’AERES (qui lui a donné une note très favorable, si je ne me trompe pas). On était là pour discuter, pour contribuer avec nos petits grains de sel au rich pudding des activités et des procédures intellectuelles sousjacentes… néanmoins une évaluation informelle reste presque inévitable, puisque nos réactions ont été sollicitées par notre président afin de l’aider à faire son rapport ( il s’agit d’un géographe célèbre, Guy Di Meo de Bordeaux, élu à l’unanimité lors de notre première séance). Voici donc quelques petites remarques que j’ai tirées de cette visite:

  • La richesse et la varieté des opportunités de travailler d’une manière interdisciplinaire, voire multidisciplinaire (notre collègue québecoise nous avait expliqué la distinction mais je ne l’ai pas retenue) ont été clairement mises en évidence dans les rapports de chacun des pôles d’activités, et des directeurs d’unités concernées ;
  • Les dispositifs offerts par la Maison semblent bien conçus pour répondre aux besoins de ses utilisateurs et semblent favoriser un élargissement d’activités fructueuses; un seul obstacle est le manque d’espace car les locaux actuels sont surchargés;
  • Il y a une variété évidente parmi les niveaux d’activités ; quelques uns des acteurs me semblent de véritables « leaders » dans leurs domaines (notamment les pôles “numériques” et “rural”), pendant que d’autres me semblent ne rien manifester d’exceptionel. Une université, bien sûr, est un lieu de variété, mais il reste essentiel, à mon avis, de promouvoir une culture de partage d’expertise, et de n’avoir pas peur de terminer ou de repenser des activités qui n’arrivent pas à s’organiser effectivement, pour n’importe quelle raison ;
  • Nous avons constaté, avec un peu de surprise, que parmi les équipes présentées il semblait subsister un peu d’ignorance des activités de toutes les partners de la maison. Il serait avantageux, à mon avis, de promouvoir un « esprit de maison » un peu plus fort, car les possibilités des actions synergetiques, vues les expertises disponibles, sont loin d’être négligeables. Par exemple, les activités du Pôle « Risques » signifiantes et multi-disciplinaires qu’elles soient, pourraient quand même profiter des compétences linguistiques du centre CRILET ; la politique d’édition très complète (et mondialement reconnue) du pôle “Rural” néanmoins pourrait peut être profiter d’une réflexion avec les collègues du pôle numérique sur une éventuelle « digital turn ». Je souligne qu’il s’agit bien sûr de reflexions collégiales (dans le sens oxfordien) et non pas de restructuration des structures déjà très complexe!

En conclusion, il faut avouer que l’occasion ne manquait pas d’interludes sybaritiques pour compléter les rigueurs intellectuelles, notamment les repas, sur lesquels je n’insiste pas (quelques photos sont disponibles ). On a aussi pu faire un peu de tourisme, notamment dans la bibliothèque de la maison, qui a reçu le fond ancien du Ministère de l’agriculture, et à l’IMEC, site également magnifique du point de vue de l’architecture (il est hébergé dans une ancienne abbaye restaurée et reaménagée d’une manière très sympathique) et du point de vue de son contenu (sont déposées ici les archives personelles de quelques centaines d’ écrivains et d’artistes modernes). Noter que cet archive pourrait bien profiter des expertises techniques (par exemple) du pôle numerique pour mieux sauvegarder la partie de leur fonds n’existant que sur supports numériques; ceci témoignagerait de l’importance du réseau des compétences facilitées et mises à disposition par la MRSH.

 

 

Un point hors de discussion

It’s not often that my good friend Jean-Daniel gets indignant enough to post on Facebook a notice of something he’s read rather than an announcement of his current whereabouts, so I feel particularly indebted to him for having alerted me to the existence of a review article appearing in the Bulletin of the centre d’etudes medievales d’Auxerre, written by one Alain Guerreau, a distinguished medieval historian I learn from his extensive Wikipedia entry. This entry makes no reference at all to his experience or expertise in the area which forms the topic of the article but I am not sure that I would in any case trust anything produced by someone feeling the need to resort to UNDERLINED CAPITALS or sudden splatters of bold to make an argument, much less by someone quite so fond of such dogmatic phrases (“il n’y a qu’un choix possible … c’est un point hors de discussion … c’est la seule voie possible … c’est un must absolu”).

Nevertheless, the article does make some sound if hardly controversial recommendations about the need to use Unicode (here called “UTF-8”) and the usefulness of FOSS – Free and Open Source Software. It’s disappointing to come across a French speaker failing to point out that the French language actually boasts two words for “free” (gratuit and libre) corresponding with its two quite different senses – even more to find a francophone systematically choosing the wrong one, but you can’t have everything. I am also grateful for the pointers Guerreau provides to some software of which I would otherwise have been unaware, and for his endorsement of some others which I would certainly second (examples include txm, antconc, and cqp, all of which surely must be a part of any self-respecting text analyst’s armoury these days). It’s a pity that these recommendations come along with a tirade against the TEI, which Guerreau engagingly terms une gaspillage et perte de temps. For him, the efforts of generations of library and information scientists to define ways of classifying and structuring information have been a complete waste of time, if not worse (amongst his politer remarks about them is a reference to “le fantasme aussi ancient que recurrent d’une “mathesius universalis”). Not content with putting the boot into those poor misguided librarians, he then attributes the same fantastic objective to the “poignée d’informaticiens, essentiallement anglo-saxons, dépourvus autant de connaissances historiques que d’esprit critique” which he apparently believes gave rise to the Text Encoding Initiative.

It’s hard to know where to start correcting the fallacies in this part of his article, but for starters, the TEI was not designed by computer scientists, nor by people lacking in historical or critical awareness, but rather emerged from a productive conversation amongst several hundred scholarly users and creators of digitized resources worldwide, a conversation which has been going on for over three decades now and shows no sign of running out of steam. It seems ironic that Guerreau considers learning perl and regexp syntax neither too long nor too complex for the timorous, and yet a page later is busily asserting that no-one could possibly understand more than 25 of the tags proposed by the TEI – which is therefore at all costs to be avoided.

It’s even more ironic to read in section 4 “Ce qui manque” the claim that no-one has ever tried to define a reliable way of recording “de manière structurée toutes les variantes d’un texte”. Really? I think a cursory look at the literature will show that textual editing and textual variation has been an area in which the use of the TEI has established itself over the years. That’s not to say that every textual editor uses it, much less that those who do use it in identical ways, but it is absurd to claim that there is no open source software available to support it or that the TEI has nothing to offer in this domain. To quote M Guerreau himself, “on ne peut que regretter que les historiens et philologues le sachent à peine, et ne les [i.e. les outils FOSS] utilisent qu’à doses homéopathiques”. In his second conclusion (“sur lequel on n’insistera jamais assez”) he rightly prioritizes the intellectual effort of understanding a source above mere technical skills, and rightly insists that “pour chaque corpus il faut bien comprendre et saisir les specifités”. Which is, of course, exactly why the TEI not only offers you more than 25 tags, but also expects you to decide for yourself how to use them.